Projet de Compagnie

Le projet Les années est le deuxième volet de ce que nous avons appelé : Triptyque pour les âmes asthmatiques ou de l’air, j’ai grande envie de vivre, 2014-2018

Entre espace social et sphère intime, comment se porte l’individu dans notre époque?

/Préambule  La chambre (noire), 2007-2014, d’après le Journal 1979-1983 et les photographies d’Alix Cléo Roubaud                                                                                                                                                                           / ACTE I  Les yeux ouverts  (2015), d’après Archimondain Jolipunk-Confession d’un jeune-homme à contretemps (Calmann-Lévy, 2002), Le hêtre et le bouleau-essai sur la tristesse européenne (Seuil, 2009) & Les potentiels du temps (Manuela, 2015) de Camille de Toledo                                                                                                                 / ACTE II  Les années (2017), d’après le roman éponyme d’Annie Ernaux (Gallimard, 2008)                                      / ACTE III  Que faire des classes moyennes ? (titre provisoire) (2018), d’après Que faire des classes moyennes ? (POL, 2017) et Mes années 10 (La Fabrique, 2014) de Nathalie Quintane.

Le tryptique pour les âmes asthmatiques, qui est aussi le projet de notre compagnie jusqu’en 2018, est basé sur l’adaptation théâtrale d’œuvres littéraires, des propositions de lecture de textes contemporains, des « réécritures ». Elles ont toutes pour point commun d’être des récits de l’intime.                                                                               Elles proposent en parallèle des questionnements existentiels une réflexion sur notre époque, le rapport intime entre l’individu, son temps et l’Histoire.

Si La chambre (noire) mettait en scène le journal intime des quatre dernières années de la vie d’Alix Cléo Roubaud ainsi que sa recherche photographique (entre mise en scène de soi et tentative d’échapper à une image qui ne soit pas un souvenir) et  s’intéressait à la difficulté d’être au monde, Les yeux ouverts se demandait si le mal être individuel n’était pas dû à un mal être collectif et générationnel (ce « je » suffoquant est un « nous »). Les années, en nous plongeant dans une « autobiographie impersonnelle » (selon les propres termes d’Annie Ernaux) où le « on » et le « nous » dominent, dépasse cette interrogation existentielle pour nous amener vers un terrain plus ontologique, là où l’écriture devient un instrument de lutte pour sauver ce qui a été et les photographies, les signes réels du temps à déchiffrer. Avec l’adaptation de Que faire des classes moyennes ?, sorte d’autobiographie entre essai et pamphlet, il s’agira de questionner encore (avec l’humour qui caractérise l’écriture de Nathalie Quintane) la place de l’individu dans le monde, mais cette fois dans son rapport à la société, son organisation, sa hiérarchisation et notre fragile place au sein de « la classe moyenne ». A suivre…

Bref. La question de l’écriture est centrale dans chacun des textes adaptés par notre compagnie.

L’écriture pour (se) survivre. L’écriture comme moyen de lutte et de résistance.

C’est ce statut de l’écriture qui est questionné dans notre travail d’adaptation.

Par-delà l’obsession de partager une pensée, la compagnie s’interroge sur les moyens, les langages théâtraux qui permettent de donner à entendre une parole et plus encore une langue qui ont d’abord vocation à être lues.

Ce travail d’adaptation, de réécriture pour la scène, participe d’un projet plus général qui questionne également la relation que l’on veut entretenir avec le public. Quelle langue pour quels langages théâtraux dans quel rapport au public.                                                                                                                                                                                 « La politique au théâtre se découvre aussi, de façon décisive, dans le rapport que le spectacle entretient avec son spectateur. » Olivier Neveux, Politiques du spectateur, Les enjeux du théâtre politique aujourd’hui (éd. La découverte, 2013)